L’Administrateur Général du Fonds de Garantie des Investissements Prioritaires (FONGIP) a salué, jeudi, la splendeur de la collaboration que son institution entretient avec l’Union Financière et Mutualiste (Ufm) de Louga, en indiquant que cette synergie coopérative est un bel exemple de Partenariat Public-Privé, capable de booster l’agriculture.
« L’UFM est en cohérence avec l’orientation stratégique du chef de l’État », a dit Doudou KA, l’administrateur général du FONGIP. «  Seul, un Partenariat Public-Privé gagnant, pourra nous permettre d’atteindre les objectifs déclinés à travers le Plan Sénégal émergent (PSE) », a-t-il renseigné, à la suite de l’installation d’un comité de pilotage de ces investissements.

La dynamique concertée qui relie les deux organisations, a permis de créer 510 emplois dans cette zone. L’aménagement de 50 sur 700 hectares de terres attribuées depuis 1989, prouve, selon M. KA, que la politique du gouvernement, axée sur la relance de l’agriculture et l’autosuffisance en riz, est claire.

« Tous les éléments de la vision du Président en matière de transformation, de modernisation et de financements innovants de l’agriculture, sont perceptibles à travers ce projet », a-t-il ajouté, en réitérant l’engagement du Fonds de Garantie à œuvrer au bénéfice de l’entrepreneuriat des jeunes agriculteurs du pays.

L’initiative prise par l’UFM de mettre en orbite ce programme « structurant » et « innovant » avec l’exploitation en phase pilote de 50 hectares pour 486 millions FCFA au profit des membres de l’Union des Jeunes des GIE du Delta (Ugied), s’inscrit dans le processus d’extension des interventions de cette institution de microfinance dans la vallée du fleuve Sénégal.

«  C’est le lieu de féliciter le Président de la République Macky SALL pour sa vision du Sénégal Émergent, du retour à la terre, de la promotion de l’autosuffisance en riz qui épargnent des milliards de déficits sur notre balance commerciale », a dit Mansour NDIAYE, le directeur général de l’UFM.

Ce dernier, digne fils de Ross-Béthio, a salué l’implication positive de la Société d’aménagement et d’exploitation des terres du delta (Saed) dans la mise en œuvre de ce projet.

Pour M. NDIAYE  les mécanismes mis en place par le FONGIP pour améliorer les conditions de vie des populations « ont permis, aujourd’hui, de résoudre énormément de déséquilibre qu’on retrouvait dans le monde rural ».

Ndarinfo.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>